My Renault

Malade en voiture ?

Voilà la phrase que vous n’avez vraiment pas envie d’entendre lors d’un trajet en voiture, tout particulièrement lors du trajet vers votre destination de vacances. Pourtant, les personnes sujettes au mal des transports ne sont pas rares, bien au contraire. Et les enfants y sont les plus sensibles. Mais, si ces troubles sont relativement bénins, ils n’en restent pas moins gênants. Grâce à ces quelques recommandations, vous pourrez limiter le risque de voir vos enfants, ou vous-même, être malades en voiture.

La cinétose ? Quèsaco ?

Le mal des transports se traduit par un certain nombre de manifestations physiques dont les plus fréquentes sont une sensation de nausée, un dégoût des aliments, des sueurs froides, des sensations de vertige et une grande somnolence. Dans les cas les plus graves, cela peut aboutir à une hypotension ou à une crise d’hypoglycémie et à des évanouissements.

Ces symptômes sont dus à un trouble entre la perception visuelle et le système vestibulaire contenu dans l'oreille interne, qui sert à réguler l’équilibre d’une personne. Ces informations contradictoires pour le cerveau provoquent la sensation de malaise.

En voiture, cela est dû au fait que l’oreille interne capte le mouvement de la voiture, tout particulièrement lors de virages ou de bosses, mais que les yeux, souvent concentrés sur l’habitacle, ne perçoivent pas le mouvement.

astuces pour lutter contre la cinétose

ADAPTEZ VOTRE CONDUITE

Prenez vos virages plus doucement et évitez les freinages ou accélérations trop brusques.

CHOISISSEZ BIEN VOTRE PLACE :

La place à côté du conducteur ou au centre de la banquette arrière sont moins sensibles aux mouvements et permettent de fixer l’horizon plutôt que les paysages changeants sur les côtés.

MANGEZ LÉGER

Et prenez une bonne nuit de sommeil avant de partir.

RELAXEZ-VOUS

Respirez calmement et écoutez de la musique calme.

PRENEZ L’AIR DE FAÇON RÉGULIÈRE :

Faites des pauses aussi souvent que possible et n’hésitez pas à ouvrir les fenêtres du véhicule.

EVITEZ DE LIRE :

C’est souvent lorsqu’on lit qu’apparaissent les premiers symptômes. Donnez plutôt des activités à vos enfants pour détourner leur attention de la sensation de malaise. Ou laissez-les dormir.

GARDEZ LA TÊTE FIXE :

N’hésitez pas à vous servir d’un petit coussin pour limiter les mouvements et fixez un point fixe à l’horizon.

CONSULTEZ UN MÉDECIN :

Des médicaments préventifs à base d'antihistaminiques ou de scopolamine existent, mais peuvent provoquer une certaine somnolence et doivent si possible être évités pour les jeunes enfants.

² ²

Parrainez un ami !

Vous n'avez pas accès à ce formulaire.