My Renault

La F1 en suspens…

Thierry Boutsen franchit la ligne d’arrivée
en Williams-Renault

C’est en 1989 que Renault renoue avec la Formule 1, en partenariat avec l’écurie Williams. Un tout nouveau départ, notamment avec le moteur V10, architecture retenue par Renault cette année-là. Un choix qui va porter ses fruits, notamment au GP du Canada le 18 juin 1989. Dans des conditions météos apocalyptiques, le pilote belge Thierry Boutsen décroche la première place à bord de sa Williams-Renault.

Une course pleine de rebondissements

Ce jour-là, des pluies battantes balaient le circuit Gilles Villeneuve à Montréal et la piste est inondée. Passages multiples aux stands, fautes... Les pilotes sont mis à rude épreuve. Persévérant, en dépit d’un double tête à queue, Thierry Boutsen parvient à accrocher la 2è place provisoire et livre un beau spectacle avec son coéquipier Ricardo Patrese qui le talonne en 3è position. La première place semble inaccessible.
Ayrton Senna domine le circuit.

…Et renversante

À trois tours de la fin, le pilote brésilien doit abandonner. Le moteur de sa monoplace a rendu l'âme. Une aubaine pour Thierry Boutsen qui se retrouve en tête de la course et qui la tient. Il boucle les trois derniers tours et remporte sa première victoire en F1. Dans ce Grand Prix du Canada, seuls 7 pilotes auront terminé la course !

Une belle victoire

La toute première victoire en F1, c’est une étape inoubliable dans la vie d’un pilote ! Le Belge réussira encore à s’imposer en Australie en 1989 et en Hongrie en 1990. Le moteur de la Wiliams-Renault, qui développait près de 850 chevaux, était puissant et fiable. Le Grand Prix du Canada de 1989 signe aussi la première victoire du V10 Renault en F1… et au total, le moteur Renault a jusqu’ici triomphé à 6 reprises au GP du Canada.

Parrainez un ami !

Vous n'avez pas accès à ce formulaire.