My Renault

Bientôt 1 million de km

Rapatrier des personnes blessées ou hospitalisées lors de leurs vacances à l’étranger, c’est le métier de Gilles Carite. Son ambulance, un Renault Master spécialement aménagé, c’est un peu sa deuxième maison tant il y passe du temps. Avec une moyenne de plus de 10.000 km par mois, la barre du million de km sera bientôt franchie !

R : Comment un renault master se transforme-t-il en ambulance ?

G : Il faut le faire aménager pour qu’il réponde aux normes : électricité, panneaux, plafond équipé de lampes, brancard, plateau hydropneumatique (spécialement conçu pour les longues distances en ambulance), matériel médical pour toutes les pathologies - de la jambe cassée au problème cardiaque avec mise sous oxygène.

« Une ambulance homologuée doit être jaune et répondre au standard RAL 1016. Lors de la commande de mon Master, j’ai fait une demande spéciale pour la recevoir directement dans la bonne teinte. »

R : Quel est le plus long trajet que vous avez parcouru pour un rapatriement ?

G : Ma société est spécialisée dans le rapatriement pour toute l’Europe. Je me rappelle être allé jusqu’en Suède mais mon plus long trajet était de Liège à Marbella : 2500 km aller…et 2500 km retour ! Le tout réparti sur 4 jours, c’est assez costaud. Ce métier exige d’être un très bon conducteur. C’est une question d’habitude, d’expérience et pour ma part, c’est aussi un choix. Cela ne me pose aucun problème de passer des heures au volant. J’aime beaucoup mon métier d’ambulancier et puis, nous sommes toujours deux lorsque nous partons en mission.

« Depuis que j’exerce mon métier d’ambulancier, je dois en être à ma 5e ou 6e ambulance. Je ne compte plus. Et chaque fois, je choisis une Renault. »

R : Votre ambulance n’est plus très loin du million de km…cela paraît fou d’atteindre un tel kimométrage, non ?

G : Je pense qu’avec l’été qui arrive, une haute saison pour nous évidemment, le compteur du Master affichera le chiffre tout rond de 1.000.000 km dans les deux mois. C’est vrai que c’est assez impressionnant mais pourtant je suis sûr de ne pas détenir un record !

Mon Master effectue des distances longues et principalement sur autoroute, cela limite considérablement l’usure. Ensuite, ma conduite est tout en douceur - indispensable quand on transporte des personnes qui ne sont pas au mieux de leur forme. Le moteur, l’embrayage et les freins par exemple sont beaucoup moins mis à contribution par rapport à un véhicule « habituel ».

« Malgré son kilométrage, l’ambulance n’a même pas une petite bosse. La carrosserie est nickel et elle roule impeccablement. »

R : Avez-vous une anecdote à nous raconter ?

G : Je pourrais écrire un livre là dessus ! Tard le soir, lors du rapatriement d’un accidenté du ski à Val Thorens, en montant les chaînes sur les pneus, j’avais ripé sur le tuyau du liquide de frein avec la chaîne. Résultat : un trou, une fuite et au final, plus une goutte de liquide de frein.

« En deux heures, un mécanicien a pu effectuer les réparations et je pouvais reprendre la route sereinement. S’il me lit un jour, je le remercie encore. »

Heureusement, je suis un chauffeur expérimenté et mon métier d’ambulancier exige du sang-froid en toute circonstance. Calmement, je suis descendu en première vitesse en utilisant le frein à main pour ne pas caler. Arrivé en bas du col, je devais avoir perdu 3 kilos tellement j’avais transpiré… Il faut dire en plus que je transportais un enfant sous oxygène, vous imaginez. Finalement, tout s’est bien terminé. Coup de chance : à 1 km de là, il y avait un garage Renault.

R : Comptez-vous en changer prochainement ?

G : Mon Master peut encore faire de la distance sans aucun problème et le moteur ne montre aucun signe de fatigue. C’est un plaisir et une fierté de conduire cette ambulance. Elle est belle comme au premier jour (et bien entretenue) ! J’en profite pour remercier les ambulanciers qui roulent pour moi. Par leur professionnalisme, ils contribuent à la longévité de cette ambulance.

« Quand j’arrive dans un hôpital à l’étranger, des médecins ou infirmiers des services d’urgences demandent pour visiter mon ambulance.
Lorsque je leur montre le compteur kilométrique, ils me demandent pour prendre une photo : ils n’en reviennent pas de l’état du véhicule ! »

« Mon Renault Master, immatriculé le 8 avril 2011, a déjà parcouru 965.495 km et est toujours en forme. »

² ²

Parrainez un ami !

Vous n'avez pas accès à ce formulaire.