My Renault

Renault et le projet SCOOP

Le futur de l’automobile est le véhicule autonome. Celui-ci sera non seulement plus sûr puisqu’il fera disparaître l’erreur humaine, mais rendra aussi la vie de chaque conducteur plus agréable en transformant le temps passé à la conduite en temps libre. Pour arriver à ce résultat, les constructeurs, dont Renault, développent un nombre de systèmes et technologies « eyes off, hands off ». Cependant, le véhicule autonome implique bien plus d’acteurs et de paramètres que les constructeurs et les véhicules. C’est à cette fin qu’est né le projet SCOOP.

SCOOP, quèsaco ?

Le projet SCOOP (pour Systèmes COOPératifs) est un projet de déploiement pilote de systèmes de transports intelligents et coopératifs construit en partenariat avec différents acteurs en France : le gouvernement, les collectivités, des gestionnaires d’infrastructures, des constructeurs, mais aussi des universités et centre de recherches. Son objectif ? Créer un canal de communication entre les véhicules, mais aussi entre les véhicules et les infrastructures routières.

Ainsi, les voitures se « parleront » afin de s’alerter sur des éventuels dangers, ralentissements ou bouchons… le tout afin d’améliorer la sécurité, tout en rendant la circulation plus fluide. Ensuite, les infrastructures routières pourront également communiquer avec les véhicules pour les informer sur les conditions de circulation, les chantiers, la vitesse autorisée, les accidents ou les obstacles.

Des défis technologiques conséquents à relever

Si les voitures autonomes sont en bonne voie de voir le jour, les défis restent conséquents. Une opération aussi simple que de passer une barrière de péage ou une zone de travaux représente un défi majeur pour les véhicules autonomes. Afin d’y répondre, Renault et le groupe Sanef, leader mondial des concessionnaires d’autoroutes, ont engagé une collaboration dans le cadre du projet SCOOP. Désormais opérationnel en Normandie, ce test grandeur nature implique un grand nombre de facteurs, de la détection des files accessibles, à l’adaptation de la vitesse du véhicule en passant par la détection des autres usagers de la route.

Enfin, pour compléter le système chaque véhicule autonome reçoit grâce aux nombreux capteurs présents une foule d’informations visant à déterminer les conditions de circulation et toute éventuelle urgence. En cas de problème, le véhicule envoie un message d’alerte dans un rayon de 1 km. Celui-ci est capté par les autres véhicules autonomes, qui peuvent dès lors le transmettre aux autres véhicules et aux bornes de contrôle installées sur les côtés de la route. Ainsi, la circulation et la sécurité restent maximales.

2017, année clef

Lancé en 2014, le projet SCOOP entre aujourd’hui dans une phase d’expérimentation à grande échelle. Ce sont ainsi 2.000 kilomètres de routes qui vont être dotés d’unités fixes dans cinq régions de France. En tant que principal constructeur de l’Hexagone et constructeur tourné vers le futur, Renault ne pouvait rester en retrait de cette opération. Parmi les 3.000 véhicules autonomes engagés dans l’opération, ce ne sont donc pas moins de 1.000 Renault Mégane autonomes qui sillonnent désormais les routes dans le cadre de cette phase test. Un autre pas vers le futur de l’automobile qui s’annonce toujours plus sûr et plus écologique. Affaire à suivre !

² ²

Parrainez un ami !

Vous n'avez pas accès à ce formulaire.